Lettre aux salariées et salariés de l’aéronautique toulousaine

/
Par où commencer la réorganisation productive de la société industrielle ? Quel secteur démanteler, quelle technologie abandonner, quels métiers imaginer ? Le secteur aérien, dont la croissance semblait irrésistible jusqu’au début 2020, pourrait devenir le lieu de ces métamorphoses. Cette lettre adressée aux salariées et salariés de ce secteur inaugure peut-être le début d’un plan.
Nous faisons partie de l’Atécopol((L’Atelier d’Ecologie Politique (Atécopol). Voir notre site web pour plus de détails sur...

Choses vues

/
Qu’avons-nous vu depuis six mois, depuis le surgissement du virus, depuis l’avalanche de transformations qu’il a produites ? Comment empêcher que le poids de l’habitude et la force de l’amnésie acclimatent ce qui était alors nouveau, impensable, terrifiant ? S’il appelle sans doute, aussi, d’autres observations, d’autres enregistrements et d’autres reprises, ce texte propose une traversée de l’époque afin d’éviter, qu’avec le passage du temps, l’extraordinaire se mue en ordinaire et que le redoutable devienne légal.
Ce texte est publié simultanément avec Reporterre. Nous avons vu abolie en un claquement de doigts la liberté...

Accéder au bassin-versant

/
En soutien à la lutte du collectif Stop Carnet et de la Zad du Carnet, qui bloquent depuis lundi les travaux d'extension du port de Nantes Saint-Nazaire dans l'estuaire de la Loire, la revue Terrestres et les éditions Wildproject ont choisi de publier ce texte du poète et philosophe américain Gary Snyder. Une pierre de rivière, pour contribuer à bâtir ensemble un imaginaire et une résistance depuis les bassins-versants. Nous sommes la Loire qui se défend !
Un bassin-versant est quelque chose de merveilleux à prendre en compte : ce processus (pluie, cours d’eau, évaporation des océans) fait que chaque...

Cinq questions en marchant à celles et ceux qui ont...

Comment penser une éthique de la non-coopération vis-à-vis des acteurs qui détruisent le vivant ? Après l'appel à déserter le festival Agir pour le vivant et la réponse de certains intervenant.e.s à cet appel, le débat se poursuit avec une invitation à une réflexion collective ouverte pour élaborer un guide et définir collectivement quelle culture nous voulons nourrir.
Je suis une boycotteuse. Je suis et j’ai toujours été pour certains mondes et pas pour d'autres. S'il y a jamais...

Quel trouble voulons-nous habiter ? Réponse à Isabelle Fremeaux et...

Suite à l'appel à déserter le forum Agir Pour Le Vivant récemment publié dans Terrestres et disponible ici, certain.e.s participant.e.s ont souhaité réagir par une lettre. La revue publie donc ce texte en tant que droit de réponse.
Votre lettre est magnifique, parce qu’animée par les passions politiques les plus généreuses. Vous auriez pu dire : « Monstres, quel monde...

Une décennie de ZAD en Angleterre

/
En France, la ZAD de Notre Dame des Landes est considérée comme la plus grande victoire de l’écologie politique radicale. Ce qu’on a oublié, c’est que toute l’Angleterre s’est recouverte d’une myriade de zones à défendre dans les années 1990. Le livre "À bas l'empire, vive le printemps !", dont nous publions ici les bonnes feuilles, revient sur cette folle décennie de luttes.
Opposée à l’écologie résignée des ONG, une génération a pris pour mot d’ordre : « pas de compromis dans la défense...

Pour un nouvel animalisme

/
Comment recoudre les déchirures qui ont coupé les hommes des autres vivants ? Dans "Manières d'être vivant" (Actes Sud, février 2020), Baptiste Morizot nourrit une nouvelle fois sa réflexion philosophique de son expérience de pisteur de loup. Il y convoque la figure du "diplomate" et la pensée de Spinoza pour affirmer la nécessité de ménager des espaces de négociations interspécifiques, d'inventer des moyens de faire dialoguer les passions.
Il n’y a pas si longtemps, l’éthologie était une science sinon obscure du moins discrète et supposée n’intéresser que peu de...

Pluribiose. Vivre avec les virus. Mais comment ?

/
Devant l’injonction à « vivre avec le virus », on peut s’interroger sur les modalités de cette cohabitation nouvelle. L’anthropologue Charlotte Brives propose ici la boussole de la pluribiose, d’un vivant affecté par ses relations et ses rencontres, afin d’inventer des politiques alternatives pour « devenir avec » plutôt que de s’obstiner à « vivre malgré ».
Une ritournelle se fait entendre depuis quelques semaines : « Il ne faut pas imaginer que nous retournerons à nos vies...