Un mouvement inventif et multiforme pour la défense des forêts est en train d’émerger en France. Mais la question se pose de savoir ce qui peut rassembler et distinguer les différents acteurs de ce mouvement. Au fond, les luttes forestières ne peuvent-elles pas nous aider à reformuler certains problèmes cruciaux du combat écologiste et du mouvement climat actuels ?

Temps de lecture : 18 minutes


L’obscurité des arbres
Veille sur la vie
De la terre superficielle
Qui couvre la saillie rocheuse (…)
Nul n’avait songé
À craindre
Non pas l’ombre mais la lumière.

George Oppen


L’enjeu majeur du dérèglement climatique pose un nombre considérable de questions à ceux qui veulent défendre les forêts et y travailler. Récemment sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, nous étions tout un troupeau à suivre Jean-Marie – botaniste et membre des Naturalistes en lutte1https://naturalistesenlutte.wordpress.com/category/qui-sommes-nous/ – dans une déroutante « balade botanique anticipatrice post-apocalyptique ». Le but de cette sortie collective était de répondre à la question suivante : à quoi ressembleront les territoires et les forêts à 2, 3, voire 4°C de plus ? Quels arbres et plantes parviendront (ou non) à s’adapter à ces nouvelles conditions climatiques chaotiques ? Nous étions partis pour une exploration d’un nouveau genre, qui aura marqué les participants : une balade botanique « virtuelle » à la rencontre de plantes que nous ne verrions pas. Les habitants de la ZAD ont alors compris qu’il n’y aurait plus – dans seulement quelques dizaines d’années peut-être – la grande majorité des arbres et des plantes présentes aujourd’hui autour d’eux. 

Comment défendre les forêts dans un monde marqué à la fois par les métamorphoses environnementales, les logiques industrielles, le démantèlement du service public et la précarisation des métiers forestiers ? C’est à cette question complexe que tentent de répondre un certain nombre de personnes ces dernières années en France, qu’elles soient organisées en collectifs, associations ou syndicats. 

Pour les employé-es de l’Office National des Forêts (ONF), il s’agit de défendre ce qui reste du « service public ». Pour les membres du collectif Abrakadabois de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, il s’agit de refuser de laisser la « gestion » de la forêt de Rohanne aux institutions de l’État. Depuis ces différences de perspectives, il s’agit de déceler les alliances possibles entre les luttes de défense et d’habitation de territoires, les combats « réformistes » (pour l’interdiction des pesticides ou des coupes rases2Une coupe rase est une méthode industrielle qui consiste à « récolter » tous les arbres d’une parcelle au même moment, quel que soit leur âge, pour pouvoir ensuite replanter une nouvelle génération de jeunes plants. Ce système calqué sur la logique de l’agriculture intensive ne peut fonctionner qu’avec des engrais et des pesticides.) et les mouvements de masse qui tentent de construire un rapport de force avec l’État et certaines entreprises. En quoi, notamment, les luttes forestières peuvent-elles nous aider à mieux répondre à certains enjeux cruciaux actuellement soulevés par le combat écologiste et le mouvement climat ? 

Pour ancrer ces combats actuels dans une forme d’écologie moins hors-sol, plus située, il faut chercher les jonctions avec ceux et celles qui disposent de savoirs permettant de faire autrement avec les milieux appropriés et détruits par l’économie capitaliste, depuis leurs points de vue de praticiens. Ce texte est le fruit de plusieurs séquences passées en forêt – des chantiers, des marches et des rencontres. Une semaine de discussions et de sorties en forêts contre une usine à biomasse sur le plateau de Millevaches à l’été 2018, la « Marche pour la forêt » organisée par des agents de l’ONF en octobre 2018, ainsi qu’un chantier bois sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes durant l’hiver 2019, auront été pour moi l’occasion de construire une réflexion sur les potentiels politiques et écologiques de la question forestière. À partir de ce qui a été observé, entendu, senti, il s’agit de mettre en contact ces différents moments et de saisir les idées et les possibles politiques qui en germent.


Photo : JRM

Été — Forêt du Chamet, plateau de Millevaches  

Le « mouvement » pour la défense des forêts qui semble peu à peu émerger aujourd’hui est dynamisé par la découverte, par un nombre toujours plus grand de gens, des pratiques « alternatives » et « douces » concernant la « gestion forestière ». Des collectifs comme SOS forêt, le RAF (Réseau pour les Alternatives Forestières), Prosylva, Abrakadabois, le SNUPFEN (et d’autres syndicats de l’ONF), ainsi que les personnes de Roybon, du Morvan, du plateau de Millevaches, des Cévennes, de la coopérative Longo Maï (et j’en oublie encore…), toutes concernées par des problématiques propres à leurs territoires, se retrouvent régulièrement au gré des invitations mutuelles, et permettent à d’autres de découvrir les enjeux de leur lutte et de leurs pratiques. Ce mouvement naissant pour les forêts trouve sa consistance dans les différents moments de rassemblement, d’apprentissage, de partage de savoirs et de pratiques, ainsi qu’entre différentes actions politiques pour la préservation des forêts.

Lorsque l’on se retrouve pour la forêt – comme l’été dernier lors d’une semaine organisée sur le Plateau de Millevaches en opposition au projet de construction d’une usine à pellets3Granules de bois. – il y a certes des moments de discussions politiques et stratégiques, des actions4Lors de la semaine sur le Plateau de Millevaches, il s’agissait notamment de construire une vigie en bois en face du chantier pour surveiller le commencement des travaux de l’usine à pellet. Pour plus d’information quant aux luttes contre les usines à biomasse, voir https://biomassecritique.noblogs.org/, mais il y a aussi des sorties en forêt. À voir les effets ravageurs des coupes rases en forêts, on s’ouvre à l’idée que la communauté politique peut s’élargir : tout comme nous et d’autres vivants, les sociétés d’arbres sont enrôlées dans la mise au travail généralisée de notre temps et de notre milieu de vie. Cette communauté politique s’enrichit lorsque l’on comprend que les forêts réagissent et répondent au bouleversement climatique : plus on s’attachera à comprendre finement comment elles s’y prennent, à leur manière, meilleures alliées elles seront. Dans la forêt de Rohanne sur la ZAD (qui se situe en zone de moins en moins humide sous l’effet du réchauffement), le collectif Abrakadabois veut faire revenir le chêne sessile, qui supporte bien mieux le manque d’eau que le chêne pédonculé. En Haute-Loire, les forestiers de l’ONF font en sorte d’abattre les épicéas plantés après guerre situés sur des zones humides, afin de rouvrir certains milieux comme les tourbières (qui se font aujourd’hui de plus en plus rares), tout comme ils prélèvent des épicéas plus en altitude pour laisser revenir des hêtres et différentes essences de pins. Ces choix-là ne sont pas arbitraires : ce sont les forêts dans lesquelles ils sont pris qui les guident (ou bien d’autres en meilleure forme).

Discrètement, les forêts nous invitent à intervenir d’une certaine manière5Les critères d’action qui orientent ces collectifs sont l’encouragement de la diversité floristique et faunistique et l’usage du bois – pour la chauffe ou le bois d’œuvre. Certains doivent agencer ces critères à la réalité économique, à la demande en bois sur leur territoire. Le choix d’encourager la diversité se comprend comme une réponse à la politique de l’économie, pour qui tout champ comprenant des populations mélangée ou toute forêt diverse est un frein à la productivité. Pour une proposition politique à cette idée, voir l’article de Léna Balaud et Antoine Chopot sur Terrestres : « Suivre la forêt » : https://www.terrestres.org/2018/11/15/suivre-la-foret-une-entente-terrestre-de-laction-politique/. Mais cette attention et l’explication de ces choix forestiers partagés lors des sorties sont aussi l’occasion d’appréhender (avec ou sans mots) ce que nous font les forêts. Par-delà les usages que l’on en fait, les supposés « services » qu’elles nous rendent, comment les forêts nous constituent-elles ? En souvenir et au présent, à travers des chasses au trésor ou au sanglier, des cueillettes d’arbres et de bourgeons, de petits fruits ou de plantes soignantes, des siestes au frais, des grimpes dans les arbres ou des marches interminables, des pistages de traces de loups et de cris de chouettes. Nos sensibilités humaines se transforment à mesure que l’on se remémore et que l’on vit des choses au creux des bois.

Le mouvement pour la défense des forêts qui semble émerger peu à peu aujourd’hui en France vient donc répondre à des nécessités d’ordre à la fois politique et sensible/subjective. Nécessité politique d’interrompre la mobilisation totalitaire des vivants et de leurs milieux pour la production dédiée aux seuls besoins de certains humains (l’enjeu présent étant bien la possibilité même de la perpétuation de la vie sur Terre). Et nécessité subjective de ne pas céder soi-même à l’appauvrissement et à la destruction des relations vitales engendrées par cette mise au travail de tout. 


Photo : JRM

Automne — À travers l’Ardèche et la Haute-Loire

Mercredi 3 octobre, soleil tombant, je monte de Valence vers un petit village ardéchois, Saint-Barthélémy-Grozon, pour rejoindre la Marche pour la forêt6Il y a eu en réalité quatre marches, partant de Strasbourg, Mulhouse, Valence et Perpignan, se rejoignant dans la forêt du Tronçais fin octobre 2018. Chacune des marches dura 21 jours et traversa des villages et régions forestières, le but étant de communiquer sur la situation à l’ONF https://marche-pour-la-foret.webnode.fr/ organisée par le syndicat SNUPFEN appartenant à l’Office Nationale des Forêts (ONF)7Affilié à Solidaires, le Syndicat National Unifié des Personnels des Forêts et de l’Espace Naturel est le syndicat le plus orienté sur les questions environnementales à l’ONF.. Les forêts visibles depuis la route ont l’air d’avoir bien soif. Presque tous les marcheurs sont des hommes, « gardes forestiers » à l’ONF. À peine entrée dans le bar du village où ils sont assemblés après l’étape du jour, je suis accueillie à une table : nous sommes partis pour de longues heures de discussion. Le soir même, nous descendons à Lamastre, où le film Le temps des forêts8Réalisé par François Xavier Drouet et sortie en septembre 2018. Pour comprendre le point de vue du réalisateur, lire l’article suivant : https://www.revue-ballast.fr/francois-xavier-drouet/ est projeté, suivi d’un débat où sont présents des locaux, des forestiers, des personnes possédant de la forêt privée, ainsi que des personnes de la coopérative Longo Maï et du Réseau des Alternatives Forestières (RAF). La sortie du film tombe à pic pour donner de la visibilité à la Marche, en posant de manière politique et documentée le problème de la surexploitation de certaines forêts, celui de leur gestion en monoculture, composée d’une seule espèce ou d’un nombre très limité, avec coupe rase, dessouchage, replantation de résineux à croissance rapide et utilisation massive d’engrais et de pesticides (pour assister un milieu de plus en plus pauvre, sous perfusion)9Pour davantage d’informations sur la gestion industrielle de la forêt en France, voir également le film Le temps des forêts ou l’entretien de Ballast avec son réalisateur mentionné dans la note précédente..

Que se passe-t-il à l’ONF ? Son ancien directeur général, Christian Dubreuil (un proche de Macron), aura géré l’ONF comme il aurait pu gérer n’importe quelle autre boîte10Christian Dubreuil est parti en retraite en janvier 2019.. Marcher pour la forêt, avec celles et ceux qui ne supportent plus la pression de cette direction qui n’a que faire de la question forestière, permet d’aller à la rencontre des travailleurs d’un « service public » déjà privatisé depuis longtemps, qui font tout pour continuer de prendre soin de leur « triage » (l’ensemble des forêts qui leurs sont attribuées et dans lesquelles ils travaillent). Mais il devient de plus en plus compliqué de faire attention aux maladies des arbres, de se rendre en forêt les lendemains de nuits de tempête et lors des coupes, ou de conseiller à un exploitant de ne pas couper l’arbre où niche un rapace nocturne, lorsque l’on doit se plier à des exigences économiques qui dictent depuis nulle part de sortir un certain volume de bois de la forêt.

Depuis 1964, l’ONF est un EPIC, un Établissement Public à Caractère Industriel et Commercial, qui doit tenir lui-même son propre équilibre économique, grâce à ses seules recettes. Or, un grand nombre de tâches effectuées par les forestiers ne rapportent rien. Personne ne les paye pour s’assurer que les arbres sur pied se portent bien. Les coupes de bois et les permis de chasse qui représentent les plus grosses rentrées d’argent ne permettent pas d’équilibrer le budget annuel de l’Office, dont les dépenses principales sont les charges salariales. Au lieu de demander à l’État d’assurer la protection et la gestion soigneuse de ses forêts publiques en comblant le déficit annuel de l’ONF comme il l’a fait pendant longtemps, Christian Dubreuil a appliqué une politique visant à réduire le nombre de fonctionnaires, dont la visée est de refondre l’ONF dans l’Agence Française pour la Biodiversité (AFB) dès 2020. À la place de gardes forestiers attachés à leurs forêts pour plusieurs années, des personnes seront embauchées en interim ou sur des contrats courts pour effectuer des « missions », ce qui aura pour effet de déposséder ces personnes de la possibilité de cultiver une vision à long terme des milieux dans lesquels elles interviennent et donc de la possibilité d’être compétentes pour prendre elles-mêmes des décisions. 

Aujourd’hui déjà, les départs en retraite n’étant pas renouvelés, les gardes forestiers (ou « agents patrimoniaux » comme on veut les appeler depuis 2002) ont des triages de plus en plus importants, parfois composés de parcelles complètement dispersées : les trajets en voiture remplacent alors une partie du temps vraiment passé en forêt. À cela s’ajoute l’informatisation du métier, le fait de devoir rentrer toutes les opérations effectuées sur des logiciels qui changent tous les 6 mois, ainsi que la suppression de nombres de postes de fonctionnaires11L’ONF comptait 12000 employés en 2002, 9500 en 2011, 600 postes ont été supprimés entre 2012 et 2016. Le dernier « flash info » de leur direction, rendu public à la fin de la Marche pour la forêt fin octobre 2018, annonçait la suppression d’un poste sur cinq dans tous les services. . Mais « un forestier, c’est fait pour être en forêt, pas devant un ordinateur. Ça c’est pas dans nos gènes », me dit Jean-Rémi, garde forestier à l’ONF. Les formations continues qui se déroulaient auparavant à Nancy, lieu historique d’échange, d’émulation collective et de recherche, sont à présent délocalisées dans les régions et resserrées sur une journée. Certaines sont même proposées par Internet – autant dire que la plupart d’entre eux ne les suivent plus. L’ONF veut engager de jeunes contractuels en CDD à la place de certains CDI, et les postes en haute montagne ne seront plus assurés que sur les 6 mois d’été. Quant aux équipes, elles sont maintenant gérées par des managers, qui imposent des plannings et des réunions plusieurs fois par semaine, encadrant les journées qui auparavant se laissaient altérer par le temps des forêts.

Les travailleurs syndiqués se battent depuis bien longtemps. Ils sont montés maintes et maintes fois à Paris, ont manifesté, se sont fait confisquer leurs marteaux forestiers par les CRS, ont occupé la direction, ont bloqué des sorties de bois, refusé de marteler des bois en vue de leurs coupes, boycotté l’élaboration de programmes de travaux pour les communes, cramé des arbres en carton au milieu de la capitale, sont allés « dialoguer » à Bercy. Mais rien n’y a fait : ils sont toujours « écoutés » mais pas « entendus ». Ce qui a conduit les organisations syndicales à démissionner des instances de l’ONF. Ils comparent d’ailleurs leur situation à celle des postiers, de  France Télécom ou de la SNCF : la dislocation du service public et ce qu’elle entraîne en termes de précarisation de l’emploi s’expérimente dans tous les secteurs. Ici, elle touche une question à la fois sociale et écologique. La mise en danger des fonctionnaires de l’ONF correspond à celle des forêts publiques et domaniales, et donc des sols, des animaux qu’elles abritent, des sources d’eau qui s’y écoulent. Seuls des fonctionnaires, selon les syndiqués de l’ONF, peuvent résister aux pressions de l’économie et agir pour la forêt. Mais l’objectif de la direction actuelle est inverse : il s’agit – en forêt communale – d’adapter les modes de gestion aux recettes engendrées. On s’apprête donc à abandonner la gestion des forêts qui rapportent peu : à mettre un terme à la « péréquation », c’est-à-dire au fait de proposer les services forestiers rendus par l’ONF à toutes les forêts, quel que soit leur potentiel économique. La France s’intéresse apparemment au modèle finlandais, où l’État fournit aux communes forestières une somme d’argent par hectare de forêt et les laisse les entretenir. Un projet de décret sur la simplification de la procédure des autorisations administratives propose même de se passer de l’avis de l’ONF en cas de défrichement de forêts publiques…

La dernière stratégie du personnel de l’Office aura donc été de marcher. De traverser les villages des régions forestières pour y discuter de la situation. De rendre un peu plus visible la privatisation programmée d’un « service public forestier » bientôt aux oubliettes. D’autres modalités d’actions sont envisagées pour les mois à venir par les organisations syndicales, mais il s’agissait de sortir de l’ONF pour déclencher un mouvement plus large. 

Cette Marche pour la forêt aura été l’occasion d’étonnantes rencontres entre des milieux politiques a priori très différents : le premier jour, les gardes forestiers partant de Valence se retrouvent aux côtés des occupants de Roybon12Collectif qui occupe une forêt pour la défendre contre l’aménagement d’un Center Parcs sur la commune de Roybon. Voir :  https://zadroybon.wordpress.com. (que certains d’entre eux appelaient il y a quelques années les « éco-guerriers », leur attribuant la volonté de ne pas toucher aux arbres) ; puis interrogés par des personnes du RAF, dont ils découvrent alors les pratiques alternatives. Lorsque nous passons au beau milieu d’un chantier effectué par des habitants du collectif de Treynas13Situé à Chanéac sur le plateau ardéchois, Treynas appartient à la coopérative Longo Maï et possède plusieurs hectares de forêts. Les paysans-forestiers qui y vivent y prélèvent du bois pour le chauffage et la construction, le débardent à cheval, le scient et le transforme sur place en bois de charpente, et dispensent aussi des formations. en Haute-Loire, quelques gardes glissent leurs têtes pour apercevoir la charpente qui s’élève sur des murs en vieilles pierres : pas besoin de plus pour qu’ils les prennent tout à fait au sérieux et me redemandent à plusieurs reprises d’expliquer ce qu’est donc « Treynas ». S’en suivent des discussions sur le débardage à cheval, la gestion de la forêt en « futaie jardinée »14La futaie jardinée est un type de forêt irrégulière caractérisée par un mélange d’arbres de toutes dimensions et d’âges, de feuillus et de résineux. Sa gestion consiste essentiellement à prélever périodiquement l’accroissement de manière à conserver un volume de bois sur pied constant et à conserver une structure d’âge équilibrée. , et sur le modèle économique sur lequel tiennent ces pratiques forestières. Quelques femmes ayant participé aux dix années de lutte (victorieuse) contre un projet de barrage sur la Loire sont aussi là, ainsi que Moutsie, une botaniste qui travaille avec Gérard Ducerf sur la bio-indication des plantes : de quoi raviver quelque peu les vieux cours de botanique suivis à l’école forestière et agrémenter chaque repas de pissenlit, porcelle, bourse à pasteur, achillée et autres plantes reconnues sur notre chemin à l’état de rosette. La préservation des forêts diverses est aussi cruciale pour les cueilleuses et cueilleurs de plantes sauvages, de baies, de fruits secs et de champignons. Un formateur venu marcher en Haute-Loire nous a d’ailleurs informé que les nouveaux programmes des forestiers comprenaient moins de cours de botanique au profit d’enseignement sur le matériel d’exploitation… La qualité des formations aux métiers de la forêt est pourtant de première importance pour son avenir : elle est directement liée au refus de la précarisation du travail et de la maltraitance du milieu forestier.



Photo : JRM

Hiver — Forêt de Rohanne 

Certaines associations comme le RAF, Abrakadabois sur la ZAD et la coopérative de Treynas prennent à bras le corps cette question, en organisant des semaines de formations où se transmettent des regards sur des populations forestières in situ, des discussions sur les choix de martelage, des chantiers collectifs de bûcheronnage, des chantiers-école de charpente. 

Le dernier chantier de bûcheronnage qui a eu lieu dans la forêt de Rohanne en février dernier a encore été l’occasion de former les participant-es de la ZAD et d’ailleurs à l’abattage directionnel des arbres et au débardage à cheval, grâce au soutien de l’équipe des paysans forestiers de Treynas, montés d’Ardèche avec quatre chevaux pour l’occasion. Grâce aux regards croisés de différentes personnes ayant de l’expérience en forêt, il peut s’avérer opportun de couper chaque année un certain volume de bois, afin de laisser de la place à la régénération de feuillus (châtaignier, chêne pédonculé, alisier torminal, merisier, hêtre). Chaque arbre abattu laisse entrer de la lumière et donne ainsi aux jeunes plants l’occasion et l’énergie pour se développer. Cette année, nous avons surtout sorti des pins sylvestre, essence majoritaire dans la parcelle sur laquelle le chantier se situait. La technique de l’abattage directionnel permet de faire tomber l’arbre à un endroit précis afin de ne pas en blesser d’autres, les chevaux tirant ensuite les grumes vers les chemins, pour tasser au minimum le sol. Le choix des arbres à abattre dépend de plusieurs critères, qui se croisent parfois : l’arbre est-il attaqué par un champignon ? En gêne-t-il un autre dans sa croissance ? Est-il penché et dangereux ? 

Ce qui distingue notamment ces expériences des formations « classiques », c’est le fait de ne pas cloisonner les différentes étapes de travail, allant du marquage des arbres à couper jusqu’à la transformation du bois. L’objectif est que chacun-e soit capable d’avoir une lecture de l’âge des arbres, de leur santé et de la singularité d’une parcelle de forêt (essences présentes, qualité du sol, humidité, parasites), des interventions possibles en vue de diversifier une station (d’y favoriser certaines essences plutôt que d’autres), des choix de bois et de techniques de charpentes en fonction des arbres pertinents à couper. Ce qui a de véritables conséquences sur la qualité du travail effectué en forêt.

L’exemple qui revient souvent est celui du martelage15Le martelage s’effectue au moyen d’un marteau forestier ou d’une bombe de peinture. Dans le premier cas, une portion de l’écorce est retirée à hauteur d’homme ainsi qu’à la souche pour imprimer la mention « AF » qui signifie administration française. Les bois coupés par l’exploitant seront ceux marqués par les gardes, sinon cela correspond à du vol de bois. : à l’ONF, ce sont les gardes forestiers qui sont censé marquer les arbres à couper avant que les bûcherons ou les exploitants ne viennent les descendre. Les collectifs comme Treynas et Abrakadabois tiennent au contraire à ce que ce soit les mêmes personnes qui marquent et coupent les arbres : le martelage se fait au moyen d’une simple ficelle autour du tronc ou directement au moment du chantier, et peut donc évoluer pendant le bûcheronnage – la chute d’un arbre pouvant par exemple changer la lumière et donc potentiellement la pertinence des bois choisis.

Sur la ZAD, le collectif Abrakadabois tient à continuer à choisir les arbres qui seront coupés et transformés sur place : ce sont eux les mieux placés pour effectuer tout ce processus – vivant sur place (au lieu où figurerait probablement un aéroport s’ils ne l’avaient pas occupé) et ayant acquis une connaissance fine de leur forêt. Cette dernière redevient un commun dont l’usage revient aux habitants du territoire. Paradoxalement, les gardes de l’ONF se battent eux actuellement pour « tenir le marteau », c’est-à-dire pour pouvoir marquer eux-mêmes les arbres au moyen d’un marteau ou d’un coup de peinture : la pratique du martelage représente pour eux une forme d’indépendance du forestier vis-à-vis des exploitants qui ne se rapportent à la forêt que pour y prélever du bois. 

Du côté de la ZAD, la meilleure manière de défendre la forêt semble d’en obtenir la « gestion » totale et autonome ; du côté de l’ONF, il semble crucial pour la forêt de pouvoir tenir une distinction nette entre ceux qui marquent les arbres et ceux qui les abattent.


Photo : JRM

À présent : quelles alliances, quels ennemis ?

Comment les luttes qui défendent des territoires forestiers (au moyen d’occupations, de recours juridiques, d’épluchages de dossiers, de manifestations et d’actions collectives) peuvent-elles se positionner quant à ce mouvement pour la préservation des forêts publiques et domaniales, celle de leur gestion par des fonctionnaires, et quant au rôle de l’Etat dans la « protection » de ces dernières ? L’enjeu de la privatisation de la forêt française est paradoxal pour nous, puisque d’un côté une partie est détenue par des petits propriétaires qui n’y font rien, la laisse vivre (intentionnellement ou parce qu’ils ignorent qu’ils la possèdent), ou par des passionnés qui y développent des pratiques soigneuses et réfléchies. De l’autre côté, une partie est détenue par des personnes pour qui la forêt est un stock de bois dont il faut tirer un maximum d’argent.

C’est ce qui a poussé le Réseau pour les Alternatives Forestières à créer un fond de dotation16On peut lire sur le site du RAF : « Fin novembre 2017, le RAF a créé le fonds de dotation Forêts en Vie dans le but d’acquérir des forêts pour les préserver à long terme et soutenir la création de communs forestiers. Ces forêts seront mises, en partie en évolution libre, en partie à disposition de paysan-nes forestiers. » http://alternativesforestieres.org/-Forets-en-Vie- pour racheter des forêts privées, et dans le même temps à venir soutenir les gardes forestiers en lutte de l’ONF pour le maintien des forêts publiques. Au vue de l’état actuel de la Terre, il faudra sans doute savoir de plus en plus intervenir avec finesse au sein de certains mouvements à caractère « réformistes » – que ce soit pour l’interdiction des pesticides, la protection de certaines espèces et de certains espaces, l’interdiction totale des coupes rases à partir d’une certaine surface, contre la privatisation de certains secteurs, etc. – depuis une perspective autonome, qui n’attend pas l’État pour se mettre en mouvement, vivre comme elle le désire, se penser et appréhender le monde à sa manière. Il nous faut parvenir à articuler les points de force des combats locaux avec les mouvements de masse qui surgissent le plus souvent dans les villes : non pas une « convergence » mais des alliances stratégiques à des moments clés. Il peut s’agir par exemple, depuis des luttes locales, de tracer une ligne de partage à l’intérieur du « mouvement climat » : que ceux qui y participent soient poussés à choisir un camp, à reconnaître leurs ennemis. Parvenir à mener des actions situées contre le bois-énergie ou les éoliennes industrielles au sein de ce mouvement climat permettrait par exemple de situer un clivage politique crucial et obligerait les uns et les autres à se positionner clairement vis-à-vis de la soi-disant « transition énergétique »17Car cette transition en trompe-l’œil n’est pas l’alliée du mouvement climat, mais un des ses ennemis directs, et c’est depuis la forêt que l’on peut concrètement le percevoir et le montrer : pour diminuer ses émissions carbone, le gouvernement envisage de reconvertir ses centrales à charbon (qu’il s’est engagé à fermer d’ici 2022) en centrales à biomasse, pour y produire de l’électricité à partir du bois des arbres. Ce qui pourrait apparaître comme une solution intelligente de reconversion est en réalité une pure aberration d’un point de vue écologique : on va raser à blanc des hectares et des hectares de forêt, issues de peuplement français voire carrément importé de l’étranger – jusqu’à 6 millions de tonnes par an… Sur le sujet, voir cet article sur Reporterre : https://reporterre.net/Troquer-le-charbon-pour-la-biomasse-la-mauvaise-idee-du-gouvernement..

Ce qui est certain, c’est que pour les membres d’Abrakadabois, il n’est pas question de céder sur l’usage de la forêt de Rohanne. Le Conseil Départemental de Loire-Atlantique vient d’en récupérer la propriété et le régime forestier veut que ce soit justement l’ONF qui en récupère la gestion. Il pourrait y avoir un accord entre le forestier de l’ONF en charge de cette forêt et Abrakadabois : le premier venant marquer les arbres et les second opérer le travail d’abattage. Mais ceci n’est pas envisageable pour les habitant-es qui sont proches de cette forêt. La récolte de certains arbres l’hiver est toujours pour eux le résultat d’un fin travail d’observation tout au long de l’année : comment se porte la régénération sur l’endroit où avait été coupé du bois l’année précédente ? Comment les différents arbres situés sur des parcelles singulières résistent-ils aux tempêtes ? Quelles essences rares peuvent-être encouragées ? Quels besoins y a-t-il sur place en bois de chauffe et en bois d’œuvre ? 

Ces questions ne peuvent pas être résolues de la même manière par un forestier qui n’habite  pas sur place et les habitants en question. Tout va être entrepris par Abrakadabois pour la préservation de l’usage autonome des parcelles boisées de la ZAD. Ceci va donc nécessiter d’agir sur plusieurs plans : trouver ou créer une brèche dans le droit quant au statut de cette forêt et de sa gestion ; créer une association des « amis de la forêt de Rohanne » pour soutenir la démarche ; et entreprendre des actions collectives pour construire un rapport de force avec l’ONF et le Conseil Départemental.

Notes   [ + ]

1. https://naturalistesenlutte.wordpress.com/category/qui-sommes-nous/
2. Une coupe rase est une méthode industrielle qui consiste à « récolter » tous les arbres d’une parcelle au même moment, quel que soit leur âge, pour pouvoir ensuite replanter une nouvelle génération de jeunes plants. Ce système calqué sur la logique de l’agriculture intensive ne peut fonctionner qu’avec des engrais et des pesticides.
3. Granules de bois.
4. Lors de la semaine sur le Plateau de Millevaches, il s’agissait notamment de construire une vigie en bois en face du chantier pour surveiller le commencement des travaux de l’usine à pellet. Pour plus d’information quant aux luttes contre les usines à biomasse, voir https://biomassecritique.noblogs.org/
5. Les critères d’action qui orientent ces collectifs sont l’encouragement de la diversité floristique et faunistique et l’usage du bois – pour la chauffe ou le bois d’œuvre. Certains doivent agencer ces critères à la réalité économique, à la demande en bois sur leur territoire. Le choix d’encourager la diversité se comprend comme une réponse à la politique de l’économie, pour qui tout champ comprenant des populations mélangée ou toute forêt diverse est un frein à la productivité. Pour une proposition politique à cette idée, voir l’article de Léna Balaud et Antoine Chopot sur Terrestres : « Suivre la forêt » : https://www.terrestres.org/2018/11/15/suivre-la-foret-une-entente-terrestre-de-laction-politique/
6. Il y a eu en réalité quatre marches, partant de Strasbourg, Mulhouse, Valence et Perpignan, se rejoignant dans la forêt du Tronçais fin octobre 2018. Chacune des marches dura 21 jours et traversa des villages et régions forestières, le but étant de communiquer sur la situation à l’ONF https://marche-pour-la-foret.webnode.fr/
7. Affilié à Solidaires, le Syndicat National Unifié des Personnels des Forêts et de l’Espace Naturel est le syndicat le plus orienté sur les questions environnementales à l’ONF.
8. Réalisé par François Xavier Drouet et sortie en septembre 2018. Pour comprendre le point de vue du réalisateur, lire l’article suivant : https://www.revue-ballast.fr/francois-xavier-drouet/
9. Pour davantage d’informations sur la gestion industrielle de la forêt en France, voir également le film Le temps des forêts ou l’entretien de Ballast avec son réalisateur mentionné dans la note précédente.
10. Christian Dubreuil est parti en retraite en janvier 2019.
11. L’ONF comptait 12000 employés en 2002, 9500 en 2011, 600 postes ont été supprimés entre 2012 et 2016. Le dernier « flash info » de leur direction, rendu public à la fin de la Marche pour la forêt fin octobre 2018, annonçait la suppression d’un poste sur cinq dans tous les services.
12. Collectif qui occupe une forêt pour la défendre contre l’aménagement d’un Center Parcs sur la commune de Roybon. Voir :  https://zadroybon.wordpress.com.
13. Situé à Chanéac sur le plateau ardéchois, Treynas appartient à la coopérative Longo Maï et possède plusieurs hectares de forêts. Les paysans-forestiers qui y vivent y prélèvent du bois pour le chauffage et la construction, le débardent à cheval, le scient et le transforme sur place en bois de charpente, et dispensent aussi des formations.
14. La futaie jardinée est un type de forêt irrégulière caractérisée par un mélange d’arbres de toutes dimensions et d’âges, de feuillus et de résineux. Sa gestion consiste essentiellement à prélever périodiquement l’accroissement de manière à conserver un volume de bois sur pied constant et à conserver une structure d’âge équilibrée.
15. Le martelage s’effectue au moyen d’un marteau forestier ou d’une bombe de peinture. Dans le premier cas, une portion de l’écorce est retirée à hauteur d’homme ainsi qu’à la souche pour imprimer la mention « AF » qui signifie administration française. Les bois coupés par l’exploitant seront ceux marqués par les gardes, sinon cela correspond à du vol de bois.
16. On peut lire sur le site du RAF : « Fin novembre 2017, le RAF a créé le fonds de dotation Forêts en Vie dans le but d’acquérir des forêts pour les préserver à long terme et soutenir la création de communs forestiers. Ces forêts seront mises, en partie en évolution libre, en partie à disposition de paysan-nes forestiers. » http://alternativesforestieres.org/-Forets-en-Vie-
17. Car cette transition en trompe-l’œil n’est pas l’alliée du mouvement climat, mais un des ses ennemis directs, et c’est depuis la forêt que l’on peut concrètement le percevoir et le montrer : pour diminuer ses émissions carbone, le gouvernement envisage de reconvertir ses centrales à charbon (qu’il s’est engagé à fermer d’ici 2022) en centrales à biomasse, pour y produire de l’électricité à partir du bois des arbres. Ce qui pourrait apparaître comme une solution intelligente de reconversion est en réalité une pure aberration d’un point de vue écologique : on va raser à blanc des hectares et des hectares de forêt, issues de peuplement français voire carrément importé de l’étranger – jusqu’à 6 millions de tonnes par an… Sur le sujet, voir cet article sur Reporterre : https://reporterre.net/Troquer-le-charbon-pour-la-biomasse-la-mauvaise-idee-du-gouvernement.