Décolonial

Endosser l’ombre striée des feuillages

Quand des feux sans fin assombrissent les cieux de régions tropicales convoitées (Amazonie, Bornéo…), on s’alarme aussitôt de la destruction de la forêt « primaire ». Cette nostalgie irrépressible du jardin d’Eden nourrit pourtant l’érotisme prédateur qu’elle croît condamner : le viol (néo)colonial d’une nature « vierge ».

Anthropocènes Noirs. Décoloniser la géologie pour faire monde avec la Terre

Quelles places pour les Noirs et les peuples indigènes au sein des savoirs de l’Anthropocène ? Pour Kathryn Yusoff, l’hégémonie du critère géologique y prolonge le silence de l’histoire coloniale. En résulte une responsabilité de tous envers la planète qui est conditionnée à l’irresponsabilité vis-à-vis des destructions de la colonisation et de l’esclavage.

Décoloniser l’écologie

Pour cette deuxième émission « Points de rupture » avec Mediapart, nous échangeons autour de deux livres marquants : Une écologie décoloniale, Penser l'écologie depuis le monde caribéen de Malcom Ferdinand (Seuil 2019) et Politique des multiplicités. Pierre Clastres face à l'État d'Eduardo Viveiros de Casto (Dehors, 2019). Où il est question de la manière de décentrer l'écologie de ses logiques de domination.

La terre des ronds-points

Un des tours de force du mouvement des Gilets Jaunes aura été d’habiter collectivement les ronds-points, péages, zones commerciales - espaces voués à être inhabitables. “Généalogie du déracinement” de Dalie Giroux nous raconte cette guerre entre l’habitation du monde et la valorisation de tout ce qui, sur terre, peut être vendu.