Pour les jardins de l’Engrenage, contre la politique du béton à Dijon

Terrestres relaie cette tribune publiée par des membres du groupe d'écologie politique de Dijon à la suite de l'expulsion violente des Jardins de l'engrenage. Ce jardin était devenu un espace de vie terrestre où s'inventaient d'autres rapports à la ville et à la terre. Par cette expulsion, les autorités locales témoignent de leur mépris de la préservation du vivant et leur passion pour le béton.

Séminaire – La Terre ou le temps des métamorphoses – Mercredi 14...

Cette année, la revue Terrestres propose un séminaire accueilli à l'EHESS. Se déroulant du 9 décembre 2020 au 9 juin 2021, chaque séance est le lieu d'une discussion avec des invité·e·s autour de thèmes aujourd'hui structurants pour les questions écologiques.

Ciment-Songe

En soutien à la Zad de la Colline en cours d'expulsion à Éclépens, en Suisse, nous publions ce poème-slam d'Alain Damasio. Contre l'extension infinie du domaine du béton, contre la voracité de LafargeHolcim qui entend bien râcler la Terre jusqu'à l'os, force et solidarité avec la Colline du Mormont.

Cousteau à la NASA

L'exploration des fonds marins et celle de l'espace ont-elles une histoire - et des technologies - en commun ? Interrogé par des ingénieurs de la NASA, le commandant Cousteau témoigne du parcours d'une figure de la colonisation des mers venue sur le tard à une écologie qui assume son refus de quitter le « vaisseau-terre ».

Appel des Soulèvements de la Terre

La catastrophe écologique n’est pas à venir, elle est déjà là. Nous ne nous résoudrons pas à la contempler, impuissants, isolés et enfermés chez nous. Nous avons besoin d'air, d'eau, de terre et d'espaces libérés. Parce que tout porte à croire que c’est maintenant ou jamais nous avons décidé de jeter nos forces dans la bataille.

Histoire d’un ruisseau d’Élisée Reclus

Géographe, communard et anarchiste, Élisée Reclus est l’auteur d’une œuvre foisonnante, aux confluences de la géographie, de l’anthropologie et de la théorie politique. Il publie en 1869 l’Histoire d’un ruisseau, dont nous entendons des extraits choisis et interprétés par Valérie Barral et Thierry Paillard, de la compagnie le Rouge et le Vert.

Géopoétiser avec Kenneth White

Détour « géopoétique », à la frontière entre philosophie, science, pensée et poésie, sur les traces d’un écrivain parcourant le monde en « nomade intellectuel », Kenneth White. Suivons cette exigeante proposition « d’élargissement de l’existence » qui résonne avec notre condition terrestre.

La décroissance : le socialisme sans la croissance

En réponse au dernier impair du Monde diplomatique sur l'écologie et la décroissance, Timothée Parrique et Giorgos Kallis rappellent dans cet article les raisons pour lesquelles un socialisme véritable doit admettre que toute croissance infinie, nécessairement matérielle, est impossible dans notre monde vivant, qui est fini.

Le Grand Dérangement

Que dit l'absence de la catastrophe climatique dans la trame de la fiction littéraire moderne, alors que la destinée de la Terre, de l’habitat des humains et des autres qu’humains est en jeu – alors qu'est venu le temps du Grand Dérangement ? Quand la catastrophe devient réelle, quels récits pour changer de monde ?

Sans smartphone, pas de liberté ?

N'est-il plus possible d'imaginer préserver des libertés publiques sans avoir recours à un « smartphone », à une caméra et à toute l'infrastructure numérique que cette quincaillerie alimente et génère ? N'est-il pas contradictoire et singulièrement imprudent d'attribuer à un instrument symbolique de la start-up nation, un rôle central dans le combat pour la liberté ? Retour critique sur la contestation de la loi Sécurité Globale.

Plus d'articles

Quels choix écologiques en matière de santé ?

La pandémie ouvre une brèche politique pour réinventer notre système de santé selon d’autres priorités : sociales, écologiques, démocratiques. La crise du SARS-CoV-2 est en cela bien plus qu’une crise sanitaire. Elle est un événement pandémopolitique.

Peut-on penser à la même vitesse que le Covid ?

Après la sidération initiale, le Covid nous a enveloppé dans une épaisse lassitude. Il a provoqué une étrange familiarité : nous oscillons entre le trop-plein d’informations et le sentiment de ne pas vraiment saisir le caractère inouï de ce qui nous arrive. Pour ne pas perdre pied, Patrick Drevet a tenu un journal de mars à juin 2020 où il a tenté de « sauver les phénomènes » au moment même où ils émergeaient.

Endosser l’ombre striée des feuillages

Quand des feux sans fin assombrissent les cieux de régions tropicales convoitées (Amazonie, Bornéo…), on s’alarme aussitôt de la destruction de la forêt « primaire ». Cette nostalgie irrépressible du jardin d’Eden nourrit pourtant l’érotisme prédateur qu’elle croît condamner : le viol (néo)colonial d’une nature « vierge ».

Décroissance et marxisme : la voie catalane

Depuis les propositions pionnières de Serge Latouche, les pensées décroissantes se sont  frayées un chemin et une légitimité dans le monde intellectuel et universitaire. On découvrira ici le dynamisme et l’originalité de la pensée de l’école catalane de la décroissance.

Lettre à ma sage-femme

Dans une lettre à sa sage femme, Claire revient sur la naissance de son premier enfant. A l’heure où l’accouchement non médicalisé est souvent diabolisé, et rendu difficile par l’État, l’autrice affirme la possibilité d’autres choix, et la puissance qu’elle tire de cette expérience.

Chères lectrices, chers lecteurs,

La revue Terrestres est désormais reconnue comme un organisme d'intérêt général, permettant de déduire 66% du montant de vos dons. Et nous avons plus que jamais besoin de vous, pour pérenniser et amplifier ce travail collectif de création d'imaginaires des mondes à venir. Merci de votre aide !

Newsletter

Se tenir informé.e des dernières publications