Sensation caniculaire

Le récent méga-feux hexagonal ainsi que l’ampleur de la catastrophe écologique ont conduit Arthur Rimbaud à sortir de son silence post-mortem. Celui qui donnait au poète la mission de devenir “voyant” a confié à Terrestres une reprise actualisée de son poème Sensation écrit en mars 1870.

L’éco-anxiété n’est pas une maladie, mais une mèche incandescente

Vous reprendrez bien un peu d’anxiolytique en ce jour de pic d’éco-anxiété ? Tandis que la chaleur nous empêche de dormir et que les forêts brûlent, les mots qui piègent nous assaillent. L’éco-anxiété est un leurre : l’expérience d’un monde étouffant et indéfendable ne peut être laissée à une caractérisation médicale. Ne faudrait-il pas plutôt politiser notre sueur, c'est-à-dire : stopper le désastre en métamorphosant nos impuissances en actions ?

Sur les (aimables) leçons des pétrocrates menaçant la cohésion du...

Coup de tonnerre médiatique : les trois dirigeants de Total, EDF et Engie en appellent à la sobriété et à la chasse au gaspillage. Ils osent même recycler une formule chère aux acteurs luttant de longue date pour une décroissance énergétique : « la meilleure énergie reste celle que nous ne consommons pas ». Assiste-t-on au suicide du capitalisme fossile ? À rebours de l’accueil médiatique, Terrestres propose une lecture dissonante.

Battre l’enfer quand il fait chaud

Chronique de l’écocide. Depuis plusieurs années, le « jour du dépassement », symbole d’une économie de prédation qui conduit l’humanité à accélérer le pillage de la Terre, coïncide avec des vagues de chaleur sans précédent à travers le monde. Assiste-t-on enfin à la rencontre du monde sensible et du monde intelligible ? Comment transformer la violence de ces épisodes en énergie politique ?

70 ans d’agriculture française au service de l’accumulation capitaliste

En 1950, 31 % de la population active française était alors agriculteur.rice. En 2020, ce chiffre est tombé à … 2,5%. Cette spirale sans fin est le produit d’une politique qui a délibérément reposé sur l’industrialisation, le productivisme, la production et la consommation de masse, la concentration des terres et la disparition des paysan.es. Après 70 ans de modernisation agricole, l’impasse écologique se double d’une impasse économique et sociale.

Jouir et posséder. Environnement et propriété dans l’histoire

Bonnes feuilles - Y-a-t-il un lien de causalité entre le saccage de la nature et la propriété privée, individuelle et exclusive ? À l'examen des causes du désastre, la propriété privée doit être placée au centre de l'enquête. Cette institution centrale fait l'objet d'une investigation précise dans le riche recueil d’articles traduits par les Éditions Amsterdam. L’introduction proposée ici permet de dévoiler une partie des enjeux et des textes écrits sous un angle historique.

La Décroissance et l’État : une approche Gramscienne

Quel avenir pour l’État dans une société post-croissance ? Le pari théorique de ces deux économistes est de penser des réformes révolutionnaires qui conduiraient à métamorphoser l’État. Plutôt que d’imaginer sa disparition, c’est la dynamique créative de la société civile et politique qui permettrait de faire émerger de nouvelles institutions. Multiplier les outils et les pratiques ouvrirait la voie à une société décroissante et favoriserait un renversement d’hégémonie.

Les Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale

À Dijon, 8 hectares de terres ont été préservés de l'urbanisation par l'occupation et les formes d'organisation collectives qui s'y inventent depuis douze ans. Depuis une récente annonce de la mairie, le "Quartier Libre des Lentillères" reste menacé de normalisation et de bétonnisation de deux hectares. Ce texte collectif, écrit en soutien à ce lieu de lutte, rappelle la nécessité de réinventer notre rapport à l’urbanisme et d’expérimenter d’autres formes d’habitat.