La buveuse d’ombres

/
Pour échapper au vacarme des aliénés de toute sorte et à leur fureur destructrice, suivons Ana Minski sur le chemin qui nous conduit à l' entre-vivant, à sa rumeur et aux liens multiples noués par ses nombreux habitants, humains et autres-qu'humains. Du corbeau à l'homme, la différence n'est que de degrés, même si l'autrice reconnaît au dernier le privilège du « chant » et du symbole.
1 C'est une nuit blanche, couleur brume et lune pleine, une nuit d'écume aux pieds des herbes.

Nous voulons tout reprendre : la joie, la liberté, la beauté, la...

L'automne politique va-t-il correspondre à un tissage durable et fécond des luttes Gilets Jaunes et des marches pour le climat ? C'est le pari d'une quinzaine d'organisations qui, déterminées à changer le système, occuperont le 5 octobre « un lieu emblématique du système pour le transformer en maison du peuple ».
Nous, écologistes, gilets jaunes, gilets noirs, jeunes, habitant.e.s des banlieues, militant.e.s de tous bords avons manifesté, signé des pétitions, fait la grève,...

Menaces sur la Loire : le pont de trop

/
Près d’Orléans, un magnifique territoire de nature sauvage du Val de Loire est promis à une destruction prochaine. Depuis bientôt 23 ans, le département veut y construire un pont en dépit d’une avalanche d’arguments contraires, dans un site classé au Patrimoine Mondial de l'UNESCO. A partir du 11 août, un vigoureux mouvement de résistance construit un « Village des alternatives » tourné vers l’avenir pour s’opposer à ce projet d’un autre temps.
La trouée est large de 70 mètres et s’étend sur deux kilomètres. Les arbres du bois des Comtesses, ancien Espace Boisé...

Battre l’enfer quand il fait chaud

/
Chronique de l’écocide. Cet été, le « jour du dépassement », symbole d’une économie de prédation qui conduit l’humanité à accélérer le pillage de la Terre, coïncide avec des vagues de chaleur sans précédent à travers le monde. Assiste-t-on enfin à la rencontre du monde sensible et du monde intelligible ? Comment transformer la violence de ces épisodes en énergie politique ?
Jusqu’à peu, la chaleur de l’été instaurait une souveraineté particulière sur les corps et les esprits : y dominaient des affects d’excitation, des désirs...

Nous étions debout et nous ne le savions pas

/
[Bonnes feuilles] Pendant ce mois des festivals, deux compagnies s’emparent du magnifique texte de Catherine Zambon. On y entend la multitude d’anonymes liés par le courage et la volonté de s’opposer à la destruction du monde, des femmes et des hommes qui un jour se lèvent et agissent, convaincus que ça ne peut plus durer.
Pendant ce mois des festivals, deux compagnies s’emparent du magnifique texte de Catherine Zambon : Nous étions debout et nous ne le...

Soudain, un grand Cerf-enceinte dans la nuit enflammée

/
Furtive parmi les furtifs, elle fut d’abord le témoin d’actes qui lui semblèrent étranges et exaltants à la fois. Elle se sentit émue et mue par une force qui bientôt la dépassa, participant à des expressions, des soulèvements et des occupations qui fleurissaient ici et là. Elle se sentit terrestre… Voici le chant de Lou de la Volte recueilli par David gé Bartoli.
le grand Cerf-enceinte La Nuit est tombée sur la Terre… Une Nuit dense, lourde...

Ecologie du labyrinthe

La dernière création de Wajdi Mouawad, Fauves, donnée jusqu'au 21 juin au Théâtre National de la Colline, nous introduit dans le labyrinthe qui a marqué la destinée d'un homme, réalisateur de films et acteur du film de sa vie, dont il ignore le scénario et jusqu'aux personnages principaux. Son parcours lui révèle le mystère de ses origines et l'initie à une nouvelle vérité : nous ne sommes qu'un nœud, multiple et mouvant, de relations donnant ainsi corps à une conception écologiste du psychisme.
A propos de Fauves de Wadji Mouawad, au théâtre national de La Colline du 9 mai au 21 juin 2019.

Insecta Zadistarum

/
Que disent les noms de ceux qu'ils nomment ? En particulier quand des espèces mourantes sont nommées dans les mots d'une langue morte. Dans ce court texte poétique, Elio Possoz nous invite à nous ressaisir de nos relations aux vivants par des mots et une attention renouvelée.
Ça a six pattes, ça n’a pas d’ailes, ça a un corps allongé, gros comme une mouche, un dosNoir au milieu, orange...