D’une dissidence à l’autre. Lettre aux jeunes déserteurs et déserteuses

Les appels à déserter la société dominante fleurissent un peu partout. Les diplômes d'ingénieur·es sont refusés, les fermes reprises, et les méga-bassines sabotées. Ces gestes prolongent la vague de subversion qui parcourut les sociétés avec Mai 68. Au-delà d'un simple écho, comment faire dialoguer ces deux moments séparés par un demi-siècle ? Voici un témoignage sur l’esprit de désertion, et ses limites, par un ancien membre du groupe Survivre et vivre.

« Eco-terrorisme » : Les luttes écologistes dans le viseur du ministère de l’intérieur ?

Qui veut tuer l'écologie l'accuse d'écoterrorisme : comme le chien de jadis qu'on souhaitait faire disparaître en inventant un prétexte fallacieux, l'appareil étatique mobilise depuis trois mois le mot ultime, terrifiant : terrorisme. Au moment où s'organise le désir de faire obstacle de façon plus conséquente au cours désastreux des choses, voilà que s'abattent procès, surveillances, répressions. Cette tribune répond à cette tentative d'intimidation.

Podcast – La Sauvagière de Corinne Morel-Darleux

Virginie Maris s'entretient avec Corinne Morel-Darleux, à l'occasion de la sortie de son roman, la Sauvagière, paru aux éditions Dalva en août 2022. On y parle des relations entre politique et littérature, de mystère, de nature et de joie.

Sorcières, vénères, et antinucléaires !

Longtemps occultée, une tradition de lutte féministe contre le nucléaire ressurgit peu à peu. A Bure, où 270 km de galeries doivent être construites pour enfouir nos déchets radioactifs, le collectif des Bombes Atomiques organisait il y a trois ans un weekend antinucléaire sans homme cisgenre. Une participante exhume aujourd'hui son journal de bord de l'époque.

Voir la nature comme un·e naturaliste : une contre-histoire de la modernité

Le geste inaugural de la Modernité résiderait dans l’instauration d’un divorce définitif entre la nature et la culture, d’où aurait découlé une franche distinction entre art et science. Ce diagnostic est-il si sûr ? Dans ce riche entretien, l'ethnologue V. Manceron et l'historien R. Bertrand invitent à la nuance. Des scientifiques du XIXe siècle aux amateurs d’aujourd’hui, ils convoquent ces naturalistes qui n'ont jamais cessé de décrire le monde dans sa pluralité.

Race et histoire environnementale

Racistes, les précurseur·es américain·nes de la pensée écologiste ? Dans cet article classique, l’historienne américaine Carolyn Merchant montre qu’il n’existe pas de réponse simple à cette question. Si certain·es, comme John Muir, ont brillé par leur préjugés raciaux et leur indifférence aux injustices qui en découlent, d’autres comme Thoreau ou Mary Austin se sont en revanche engagé·es en faveur de l’abolition de l’esclavage ou de la reconnaissance des peuples autochtones.

Monocultures de l’esprit

Bonnes feuilles - Que devient la forêt lorsqu'elle est appréhendée sur le modèle de l'usine et réduite à être une mine de bois ? En s'appuyant sur le mouvement Chipko né en 1973 en Inde, l'écoféministe Vandana Shiva montre que deux paradigmes s'affrontent : la monoculture industrielle contre une approche écologique globale. Derrière l'enjeu des ressources, le conflit porte sur deux régimes de perception scientifique et philosophique de la nature.

Sur les (aimables) leçons des pétrocrates menaçant la cohésion du monde

Coup de tonnerre médiatique : les trois dirigeants de Total, EDF et Engie en appellent à la sobriété et à la chasse au gaspillage. Ils osent même recycler une formule chère aux acteurs luttant de longue date pour une décroissance énergétique : « la meilleure énergie reste celle que nous ne consommons pas ». Assiste-t-on au suicide du capitalisme fossile ? À rebours de l’accueil médiatique, Terrestres propose une lecture dissonante.

Jouir et posséder. Environnement et propriété dans l’histoire

Bonnes feuilles - Y-a-t-il un lien de causalité entre le saccage de la nature et la propriété privée, individuelle et exclusive ? À l'examen des causes du désastre, la propriété privée doit être placée au centre de l'enquête. Cette institution centrale fait l'objet d'une investigation précise dans le riche recueil d’articles traduits par les Éditions Amsterdam. L’introduction proposée ici permet de dévoiler une partie des enjeux et des textes écrits sous un angle historique.

Microcosmos, 4 milliards d’années de symbiose terrestre

La microbiologiste Lynn Margulis a connu, comme de nombreuses femmes scientifiques, une longue traversée du désert. Par son attention constante aux interactions symbiotiques à toutes les échelles, elle a contribué à nuancer très fortement le bellicisme compétitif de la biologie dominante. Dans ce texte coécrit avec Dorian Sagan, elle revient sur l’importance de la symbiose et sur la centralité du microcosme pour les vivants — y compris nous-mêmes.

S’engager et désobéir : une histoire personnelle de Youth For Climate Paris

Avant d’être brutalement stoppées en 2020 par le Covid, les luttes écologistes et sociales connaissaient depuis 2018 un élan sans précèdent. Un mouvement inédit de politisation a alors touché une part importante de la jeunesse éduquée et urbaine : grèves pour le climat, actions de désobéissance civile, médiatisation hors-norme… Ce récit personnel propose une histoire de ces années de bouillonnement depuis l’intérieur de Youth For Climate Paris.

Partout le feu

Bonnes feuilles – Hélène Laurain, dans un premier roman en vers libres, puissant et dénudé, nous emporte dans le flot d’un récit des temps nucléaires, avec Laetitia, née le jour de l’explosion de Tchernobyl, entourée de ses ami.e.s activistes du Grand Est français. Voix qui disent la joie d’agir, la beauté et l’incandescence de l’action, la peur, l’expérience du deuil, en même temps que celle du trou noir, réceptacle des déchets nucléaires et des désastres écologiques.