{Podcast} Nous vivons un temps de « débâcle ». C'est ainsi que la philosophe Isabelle Stengers a caractérisé ce qui nous arrive dans son dernier livre : Réactiver le sens commun (La Découverte 2020). Quel type de relations entre les sciences et le sens commun a contribué à rendre possible cette situation ? Comment penser une autre façon de faire sens commun ?

Temps de lecture : < 1 minute

L’entretien a lieu avant le « confinement », dans un ancien estaminet, dans la maison qu’occupe la philosophe. Entre une large boîte à lettre et une vieille forge.

Plaisir de revoir celle qui fut ‘ma prof’, joie d’entendre son rire à nouveaux frais. Un enregistreur, un café réchauffé, un bloc-note « être forêt » , parfait.

La parole vient, fluide et habitée, veineuse et outillée. Cela a lieu dans le marais bruxellois, cela parle à partir de son livre Réactiver le sens commun, lecture de Whitehead en temps de débâcle : cela discute de fils qui se soutiennent, d’agacement par rapport aux apôtres de l’Effondrement, d’incertitudes risquées, de tri collectif, de points de bascule et de continuité, de ruptures et de long fleuve intranquille, de mises en culture balbutiante pour un faire-autrement, de milieux empoisonnés et de tissus (re)génératifs, de canots de sauvetage et d’empirisme vivant (aventureux), de cuisines et d’opérations d’évaluation, de dieux sans pedigree, de rumination et de co-errance, d’anarchie pragmatique, d’animaux et d’extra-terrestres, de matrices pour des applications, impliquées. D’attention aux possibles qui insistent, ici.

Selon votre navigateur vous pouvez écouter l’entrevue soit sur le lecteur de notre site, ci-dessous:

soit via notre nouvel audioblog ArteRadio, Les sons des Terrestres :

Entretien réalisé par Nicolas Zurstrassen