La tentation éco-fasciste : migrations et écologie

/
Alors que la question du « monde d'après » est sur toutes les lèvres et que la crise du capitalisme s'accentue, il nous a semblé important de nous interroger sur ce que pourrait être une politique éco-fasciste. À quoi pourrait ressembler une alliance entre le « vert » et le « brun »?
En 2019, le nombre de migrants internationaux à l’échelle mondiale a atteint 272 millions selon l’ONU, soit une augmentation de 51...

La Tragédie de la croissance, une métaphysique du néo-libéralisme

/
Gilbert Rist a été l'un des premiers critiques de la notion de développement. Dans son dernier livre, il rappelle que l'économie politique est le résultat d'un projet politique et d'une construction sociale. Rist insiste sur la centralité de la propriété privée dans la dynamique de croissance et sur la nécessité d’inventions institutionnelles pour sortir de ce paradigme.
La croissance est un Janus à deux têtes. Considérée comme nécessaire, voire vitale pour la continuité des sociétés industrielles, sa poursuite...

Faire face aux experts. Néolibéralisme et pandémie

/
Dans cet entretien, la philosophe Barbara Stiegler revient sur les modes du gouvernement néolibéral en temps de pandémie. Règne des experts, mépris de l'intelligence collective et injonctions à l'adaptation perpétuelle, autant de pistes pour comprendre et résister à la sidération des catastrophes.
Entretien réalisé le 21 juin 2020 par Aurélien Gabriel Cohen.

Comment en sommes-nous arrivés là ?

D'où vient notre rapport particulier à la nature ? Quel est le rôle de la domestication des plantes et des animaux dans l'avènement de l'État ? Avec les ressources de l'ethnographie, de l'archéologie et de l'anthropologie, et en s'attaquant au livre plébiscité de James C. Scott, Homo domesticus, Charles Stépanoff vient déconstruire et complexifier l'histoire simplificatrice de la domestication comme réalité homogène et inchangée depuis la Préhistoire.
À propos de Homo domesticus de James C. Scott, La découverte, 2019, 302 pages. La crise écologique...

La propriété privée au secours des forêts ?

/
Comment ré-ensauvager le monde ? Depuis quelques années, des initiatives de « reprise de terre » se multiplient : à travers des rachats de terres et de forêts des collectifs redonnent à ces territoires la possibilité d'une libre évolution. Mais la propriété privée peut-elle seulement constituer un outil pour soutenir cette tentative d'extension de l'espace des Communs ?
L’été dernier, alors que des incendies destructeurs ravageaient une partie importante de l’Amazonie, le Président Emmanuel Macron fit cette déclaration...

COVID : risque ou catastrophe ? Ce dont il est...

/
Pour le sociologue Frédéric Lemarchand, qui a beaucoup travaillé sur Tchernobyl et ses suites, la pandémie du Covid doit nous conduire à abandonner le paradigme du risque et sa gestion technocratique du monde, au profit du paradigme de la catastrophe qui nous oblige à penser le monde dans lequel nous voulons vivre.
Le Coronavirus pourrait ainsi jouer en Iran un rôle similaire à la catastrophe de Tchernobyl qui en 1986 révéla la faillite...

Anthropocènes Noirs. Décoloniser la géologie pour faire monde avec la...

/
Quelles places pour les Noirs et les peuples indigènes au sein des savoirs de l’Anthropocène ? Pour Kathryn Yusoff, l’hégémonie du critère géologique y prolonge le silence de l’histoire coloniale. En résulte une responsabilité de tous envers la planète qui est conditionnée à l’irresponsabilité vis-à-vis des destructions de la colonisation et de l’esclavage.
À propos de A billion Black Anthropocenes or None de Kathryn Yusoff (U. Minnesota Press, 2018) Kathryn Yusoff...

Pluribiose. Vivre avec les virus. Mais comment ?

/
Devant l’injonction à « vivre avec le virus », on peut s’interroger sur les modalités de cette cohabitation nouvelle. L’anthropologue Charlotte Brives propose ici la boussole de la pluribiose, d’un vivant affecté par ses relations et ses rencontres, afin d’inventer des politiques alternatives pour « devenir avec » plutôt que de s’obstiner à « vivre malgré ».
Une ritournelle se fait entendre depuis quelques semaines : « Il ne faut pas imaginer que nous retournerons à nos vies...