Camarade Latour ?

Quel est le sujet politique de la bifurcation écologiste ? Le Mémo sur la nouvelle classe écologique de Bruno Latour et Nikolaj Schultz part d’un constat de plus en plus partagé : maintenir les conditions d’habitabilité de la Terre nécessite de rompre avec le développement irrésistible de la production. Mais à l'heure de cette nécessaire redéfinition écologique des classes, les écologistes sont-ils voués à devenir la nouvelle classe dominante ou bien doivent-ils lutter avec les autres dominé·es pour abolir les classes ?

Foucault entre Wuhan et l’Anthropocène

Accentuant les contradictions de notre monde, la pandémie de COVID-19 a suscité de vives polémiques dans le champ intellectuel, surtout à gauche. Dans ce contexte, la pensée de Michel Foucault a suscité des usages particulièrement divergents. Cet article revient sur ces polémiques, en montrant comment le philosophe peut, parmi d’autres, nous aider à sortir de certaines impasses contemporaines.

25 ans après : retours sur les Cosmopolitiques

Ouvrage majeur de philosophie des sciences, les Cosmopolitiques d'Isabelle Stengers ont été réédités en avril 2022 à La Découverte. Terrestres propose à ses lectrices et lecteurs la préface inédite écrite par l'autrice à cette occasion. Elle peut être lue comme une introduction à sa philosophie des sciences.

Sur les (aimables) leçons des pétrocrates menaçant la cohésion du...

Coup de tonnerre médiatique : les trois dirigeants de Total, EDF et Engie en appellent à la sobriété et à la chasse au gaspillage. Ils osent même recycler une formule chère aux acteurs luttant de longue date pour une décroissance énergétique : « la meilleure énergie reste celle que nous ne consommons pas ». Assiste-t-on au suicide du capitalisme fossile ? À rebours de l’accueil médiatique, Terrestres propose une lecture dissonante.

L’héritage de la Dialectique de la raison chez les écoféministes

Comment articuler les luttes féministes, antiracistes, de classes, antispécistes et écologistes ? Parmi différents chemins possibles, Jean Baptiste Vuillerod propose d'éclairer le corpus écoféministe à partir de la Théorie critique allemande élaborée au milieu du XXe siècle. Cette rencontre entre deux traditions de pensée offre des prises pour comprendre et critiquer la domination de la nature.

Theodor Adorno, la nature et ses normes

Penser la domination de la nature, est-ce nécessairement accepter certaines valeurs ou certaines normes qui seraient antérieures à la politique car, précisément, naturelles ? Ou peut-on imaginer une manière de s'engager qui ne les présuppose pas ? Dès les années 30, le philosophe Theodor W. Adorno mène une réflexion critique sur la modernité qui peut encore inspirer l'écologie politique.

70 ans d’agriculture française au service de l’accumulation capitaliste

En 1950, 31 % de la population active française était alors agriculteur.rice. En 2020, ce chiffre est tombé à … 2,5%. Cette spirale sans fin est le produit d’une politique qui a délibérément reposé sur l’industrialisation, le productivisme, la production et la consommation de masse, la concentration des terres et la disparition des paysan.es. Après 70 ans de modernisation agricole, l’impasse écologique se double d’une impasse économique et sociale.

Jouir et posséder. Environnement et propriété dans l’histoire

Bonnes feuilles - Y-a-t-il un lien de causalité entre le saccage de la nature et la propriété privée, individuelle et exclusive ? À l'examen des causes du désastre, la propriété privée doit être placée au centre de l'enquête. Cette institution centrale fait l'objet d'une investigation précise dans le riche recueil d’articles traduits par les Éditions Amsterdam. L’introduction proposée ici permet de dévoiler une partie des enjeux et des textes écrits sous un angle historique.