Furtive parmi les furtifs, elle fut d’abord le témoin d’actes qui lui semblèrent étranges et exaltants à la fois. Elle se sentit émue et mue par une force qui bientôt la dépassa, participant à des expressions, des soulèvements et des occupations qui fleurissaient ici et là. Elle se sentit terrestre… Voici le chant de Lou de la Volte recueilli par David gé Bartoli.

Temps de lecture : 4 minutes
le grand Cerf-enceinte

La Nuit est tombée sur la Terre…

Une Nuit dense, lourde et immense, se fait sentir. Personne ne semble pourtant répondre à l’appel. Aucun media, aucune médiation, aucun signal satellitaire ne semble en mesure d’entrer en communication. Aucune transmission ne semble être à la hauteur de l’événement.

Tout semble suspendu… Mais à quel signe ? D’où viendra-t-il ? Et qui saura lui porter attention ?

Les yeux des arbres, par milliers, tentent de détecter une lueur d’espoir. Mais, pas même le clignotement d’une étoile, pas une luciole ne voit le jour. Plus rien ne perce ce qui n’est plus une nuit mais une masse étale, livide.

Une épaisseur de temps, phénoménale et immémoriale, enveloppe l’atmosphère. Des temps oubliés, déniés, décapités. Qui suscitent craintes et tremblements. Certains y voient l’espoir d’une plongée en matière, d’une vie nouvelle.

Certains… car les autres dorment les yeux ouverts, préférant halluciner que de rêver. Laisser à d’autres le soin… le soin qu’il arrive encore quelque chose, plutôt que rien.

Un quelque chose doit arriver et pourtant tout le monde semble s’empresser de contenir cette puissance de bouleversement, de commotion.

La Terre… Un rien et elle fera le reste. Un affolement de la peau, un papillonnement des os ou une contorsion des viscères. Seulement un signe et… Étoffe du sensible, la Terre se couvrira alors d’épiderme visionnaire. Partout elle se gorgera de sursauts révolutionnaires, éructera des spasmes salutaires.

Elle forgera des rêveurs: des rêveurs de l’absolu.

Et toujours cette attente… interminable. Et puis une tentative.

Certains s’y mettent. Ça et là, ils mettent le feu. Serpentent. Tressaillent. Épousent les plaques tectoniques et les sables mouvants. Leurs corps appellent d’autres corps, à venir. Ça palpite. Ça crépite.

Les corps s’enflamment, en Hors-là.

Qui nous Terrifie. Nous habite, enfin.

Soudain, un grand Cerf-enceinte dans la nuit enflammée :


                                                                                   théâtre de la dépossession.
deux pieds disjoints dans le temps
                                                                                                           où se glisse
                                        une onde cristalline
     il s’y est dépouillé
                                             la cendre du sourcier palpite       alors
                                                                                 son ombre se détend avec le vent
             une caresse florale

                                                        entre deux rayons de chaleur
                    mozaïque l’étendue

                                                         crépusculaire   
              une fraîcheur  noctambule  se fait                                                                  délicatement                           sentir

                   s’y dépose aussi       une humidité féline      
                                                                                                     sur l’omoplate
                             des stries         gazouillis           

                                                                                        clapotements    et    fuselages              
                                           érotisent     les torsions du sable
                                                                                sur lequel il repose

                                                         à présent
                                                                                                              face contre terre
         des montgolfières lunatiques  
                                                          aux baisers suspendus
                                                                                            font trembler l’atmosphère

murmures   clameurs  étourdissantes                     
                                                                                 y  dansent   nez à nez  
                              et si les ombres  feuilletaient       
                                                                                        la flamme rouge invertébrée

             et si le feu   qu’attirait cette chevelure
                                                                              lançait des cris inadressés
   et si ce qu’accueillait l’éclat
                                                       prenait aux étoiles   leur bouleversante nudité
                     et si    dans l’orchestre de la nuit
                                                    chantait  une ramure
                                                                                                  parmi les ramures

  où toutes les feuilles se souvenaient
                                                                                                                 et bruissaient
       en tourbillons
                                  sillonnaient l’horizon
                                                                                                       inhalées

                                                                               vacantes
               ramassées en papillons
                                                      un ancêtre à la bouche  

sur le frontispice de ses lèvres
                                                 un paysage        sidéré
                                                                  par la levée de l’oeil
          pour que s’envole un visage
                                                    jusque là impensable                                                                                                               et  insensé
jusqu’à ce que se lève      
                                       un vol échevelé d’hirondelles
pour que crépite à nouveau le ciel       
                                                                                                            affolé jusqu’à ce qu’un sterne                                                                                
                                          cendré
                                                            s’écoule
                                                                                  et s’étale
                                                                                                          et afflue               par respirations alternées    
                                                                                                      saccadées
                                                         entame la surface
                                         de l’eau
    de son bec      éventré
                                             tel un soufi        tournoyant
                                 en ronds
                                                                                                            se diffusant
au seuil de l’épouvante
                                épousant là     le vent incident
                                                                                   la braise
                                                                                                                        dissidente
                et de soigner le monde
                                                                entre deux herbes folles

Un grésillement infini engage incidemment les corps à s’étendre au-delà du possible.

Une contagion métamorphique ouvre l’horizon.

Une trouée.

Le blanc de l’Oeil, à vif, perce la surface du globe.

Révulsé, il traverse l’atmosphère et les entrailles de la Terre. Irradie tout ce qu’il touche. S’engorge dans les plis de nos vies.

La nappe phréatique du sensible déborde alors dans toutes les bouches. Et nous agite, vivants et morts, comme bâtons de sourciers.

En proie à des vibrations transrationnelles.

Transgenres et transespèces.

Là, en trans, tout reprend forces, mais autrement.

Avec vertige. Avec splendeur.

Avec incandescences.