Planification écologique : frein d’urgence ou administration de la catastrophe ?

Les plans de sauvetage ne manquent pas de surgir face à l'emballement des catastrophes et des inégalités. S'ensuit une renaissance de l'idée de « planification » pour piloter les sociétés industrielles dans un monde globalement instable. En retraçant l'histoire de cette idée, Geneviève Azam nous rappelle ici qu'aucune planification écologique ne pourra s’extraire de notre condition terrestre, de ses limites et de ses multiples interdépendances.

Résister à la monoculture minière. Retour sur la lutte de Skouriès en Grèce

Derrière chaque éolienne, chaque panneau photovoltaïque, chaque voiture électrique, chaque data center se trouve une exploitation minière qui bouleverse les conditions sociales et écologiques des êtres peuplant le territoire où celle-ci s’établit. Le cas de la mine Skouriès, en Grèce, nous montre que les dommages infligés par la mine sont rendus indispensables par une politique promouvant certaines formes de vie au détriment d’autres.

La reproduction comme paradigme : éléments pour une économie politique féministe

Le capitalisme et une partie de sa critique se sont construits sur l'idée de production, séparant ainsi le travail (masculin, blanc) qui a une valeur - du travail invisible, socialement dévalorisé et non rémunéré. Une perspective féministe ne peut se contenter de simplement revaloriser le travail reproductif. Elle invite plutôt à considérer toutes les activités humaines sous l'angle de la reproduction matérielle et à passer de la rétribution à la restitution.

Pannes, maintenances et réparations au temps des catastrophes

Depuis quelques mois, les tenants de la croissance nous abreuvent d'appels à la sobriété : il s'agirait d'un remède nécessaire face aux pénuries d'énergie fossile à venir. Mais cette sobriété est-elle pour autant à la hauteur des enjeux écologiques contemporains ? Ne faudrait-il pas plutôt penser des politiques terrestres à partir de la question de la panne, de la maintenance et du démantèlement des infrastructures néfastes ?

Une revue à un carrefour

En novembre, la revue Ecologie et politique publiait un numéro sur les relations entre corps, sexualité et technologie. Intitulé « Les enfants de la machine », ce numéro contient certains articles qui ont suscité de très vifs remous au sein du comité de rédaction. Cette tribune nous explique pourquoi.

Se battre contre l’extractivisme depuis les territoires sacrifiés en Inde

Grand pays lancé dans la course à la modernisation, l'Inde se conforme, elle-aussi, à une logique d'appropriation et d'exploitation implacable de ses terres et de leurs habitant·es. Ce texte décrit le cas des Adivasis, peuple du sous-continent luttant contre les ravages du progrès indien.

La terre ou rien !

Quel meilleur moyen pour revenir sur Terre que… de reprendre des terres ? La question foncière pourrait devenir l’une des principales voies d’entrée des luttes écologiques pour les années à venir. Partir de l'usage et de la propriété de la terre pour inverser le cycle de destruction des sols, des vivants et du sauvage, voilà l'hypothèse explorée depuis deux ans par les membres de Reprise de terres. En avant-première, voici l'édito du hors-série Socialter à paraître prochainement.

Enracinement identitaire ou attachements terrestres ? Conflits autour de la réhabitation du monde

Le fascisme a historiquement prospéré dans les époques de forte désorientation existentielle et politique. En réponse au déracinement et aux vies aliénées provoqués par le techno-capitalisme, il propose des mythes consolants et sanglants. Afin de combattre la récupération de l'écologie par le fascisme, l’enjeu brûlant est de repenser nos attachements terrestres dans un sens émancipateur.

L’État social contre la Sociale

Bonnes feuilles - Dans les débats publics, la protection sociale est souvent considérée comme une mission de l’État providence sans cesse dévaluée par des politiques néo-libérales. Une autre perspective ancrée dans la longue durée invite à y voir une opposition entre l’État social et la Sociale : celle-ci symbolise la protection sociale auto-organisée par les travailleures·ses que l’État tente de détricoter et de contrôler jusqu’à en changer sa nature.

Prologue à la condition terrestre

Bonnes feuilles - Les institutions politiques modernes sont en crise et semblent incapables de répondre à la catastrophe écologique. En partant de différentes luttes menées à travers le monde, les auteurs font apparaître d’autres manières de faire politique depuis les milieux de vie. Prenant acte des critiques décoloniales et écoféministes, ils dessinent les contours d’une cosmopolitique qui tienne compte des différentes manières d’habiter la Terre.

La pandémie et le climat

Par leur caractère mondial et systémique, la pandémie de COVID-19 et le réchauffement climatique ont ceci en commun de rebattre les cartes des attentes politiques collectives. Plutôt que d'établir une hiérarchie entre ces deux désastres, cet article analyse leur similitudes et s'interroge sur la manière de tirer certains enseignements de la pandémie pour la crise climatique.

« Octobre rose » ou la non-politique du sein

Le mois d'octobre est censé être dédié à la mobilisation contre le cancer du sein. Or la communication publique d'Octobre rose neutralise largement les enjeux sociaux, environnementaux et politiques de cette maladie. Face à cette neutralisation générale, il est nécessaire de repolitiser le cancer du sein.