Numéro 8

Du pain et des roses : une contre-histoire écologique du socialisme

La pensée socialiste s'est-elle, dès ses débuts au 19e s., laissée contaminer par l'idéologie productiviste, expliquant ainsi les ravages écologiques du soviétisme ? L'enquête de Serge Audier sur les origines de la pensée écologique dévoile une réalité plus complexe : malgré sa tendance au productivisme, c'est dans les marges du socialisme que s'est inventée l'écologie sociale qui ressurgit aujourd'hui.

La terre des ronds-points

Un des tours de force du mouvement des Gilets Jaunes aura été d’habiter collectivement les ronds-points, péages, zones commerciales - espaces voués à être inhabitables. “Généalogie du déracinement” de Dalie Giroux nous raconte cette guerre entre l’habitation du monde et la valorisation de tout ce qui, sur terre, peut être vendu.

Lubrizol : la catastrophe n’a pas (encore) eu lieu

Quelques jours après l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen, l’historien Renaud Bécot revient sur l’histoire du site et fait le récit de la gestion de cette crise. Une mise en perspective approfondie qui s'impose pour dépasser les écueils d’une lecture présentiste de l’actualité. Symptôme de l'échec toujours répété de la maîtrise des risques industriels, ce type d’accident ne devrait-il pas être l'occasion d'interroger la viabilité écologique et sociale de nos choix de production et de consommation ?

La buveuse d’ombres

Pour échapper au vacarme des aliénés de toute sorte et à leur fureur destructrice, suivons Ana Minski sur le chemin qui nous conduit à l' entre-vivant, à sa rumeur et aux liens multiples noués par ses nombreux habitants, humains et autres-qu'humains. Du corbeau à l'homme, la différence n'est que de degrés, même si l'autrice reconnaît au dernier le privilège du « chant » et du symbole.

Mondialisation, dernière station  !

Bonnes feuilles - Les économies autrefois privilégiées des pays occidentaux seraient-elles à présent en cours de « tropicalisation » ? Que se passe-t-il lorsque, soumises à la prédation et à l’extractivisme du capital financier, les sociétés des pays du « Nord » ne parviennent plus à externaliser la violence vers leur périphérie et se retrouvent, elles aussi, ravagées ?

Goody et la disparition de l’histoire

L'anthropologue Jack Goody, mort en 2015, est connu pour son œuvre qui a contribué à déconstruire les lieux communs faisant de la démocratie, du marché ou de la liberté des inventions de l'Occident. Mais, en postulant que toute société urbaine a toujours en commun une forme de vie bourgeoise et capitaliste, ne vient-on pas en légitimer la suprématie ?

Lévi-Strauss : la nature au point zéro

L'oeuvre de Lévi-Strauss permet-elle de penser le ravage écologique contemporain ? Exhumant des réflexions méconnues sur la Shoah et sur l'anéantissement colonial des Indiens d'Amazonie, deux ouvrages récents montrent ce que l'intérêt du fondateur de l'anthropologie structurale pour la question des catastrophes peut nous apprendre.

Braunstein ou la facilité du pamphlet

Dans ce texte, Gérald Hess revient sur l'ouvrage La philosophie devenue folle, de Jean-François Braunstein, lequel pose des questions importantes relatives à l'animalité, au genre et à la mort. Hélas, ce dernier apporte bien souvent des réponses caricaturales et très critiquables qui s'inscrivent dans la longue histoire des réceptions ratées de la pensée critique au sein de l'université française.

Qui sont (vraiment) les activistes de l’apocalypse ?

Une avalanche de boue médiatique a récemment déferlé sur l'activiste Greta Thunberg. Ces attaques d'éditorialistes et de polémistes sont l'occasion de revenir sur la nature des disqualifications portées contre l'écologie depuis le début des années 1990 et de mettre en perspective les enjeux écologiques contemporains. Nous publions la version longue d'un récent entretien donné par les auteurs à l'Obs.

Comment agir dans un monde qu’on effondre ?

Pour cette première émission « Points de rupture » avec Mediapart, nous échangeons autour de 3 livres marquants : Devant l'effondrement d'Yves Cochet, Le champignon de la fin du monde d'Anna Tsing et La société ingouvernable de Grégoire Chamayou. Où il est question à la fois de prophétie, du capitalisme et de la gestion de ses contestations.