Temps de lecture : 2 minutes

Cette première séance du séminaire Devenirs Terrestres pour cette année réunira plusieurs membres et ami.e.s de la revue Terrestres, pour introduire une discussion collective sur les critiques portées en France contre les humanités environnementales, les « nouvelles philosophies du vivant » et les perspectives plus-qu’humaines, accusées d’être dépolitisantes et de masquer les véritables dominations sociales en monde capitaliste (« Pleurnicher le vivant », brûlot récent de Frédéric Lordon et, avant lui, un texte plus argumenté de Franck Poupeau, « Ce qu’un arbre peut véritablement cacher »).

Ainsi, nous n’aurions le choix qu’entre pleurnicher le vivant en occultant le capitalisme comme agent politique du ravage planétaire, et pleurnicher le néo-léninisme en occultant les altérités plus qu’humaines qui animent les luttes et trament les contours mêmes du « social » et du « politique » ?

Il est essentiel de débattre au-delà des ornières de cette alternative infernale.  

Si le brûlot de F. Lordon amuse et vise parfois juste quant à la domestication de « pensées du vivant » par l’industrie culturelle du capitalisme tardif destructeur de l’habitabilité de notre Terre, il constitue une charge aussi inamicale qu’ignare en mettant dans la même poubelle, et sans les nommer (hormis quelques mandarins masculins), une palette d’auteur.e.s aux perspectives souvent bien différentes les uns des autres.

Plutôt que de riposter sur le même mode, notre choix sera d’ouvrir le dialogue, entre nous et avec les participant.e.s, sur les façons de ne pas laisser dépolitiser les pensées des rapports aux vivants et sur les façons d’écologiser la critique anticapitaliste. Il s’agit d’aiguiser notre compréhension des collectifs qui font et défont l’habitabilité de la Terre, de décoloniser nos frontières du « politique » et du « social », et d’écologiser notre appréhension des fonctionnements même du capitalisme (donc de ses contradictions et points de brèche) en intégrant une multiplicité d’autres agents, autres qu’humains – CO2, atmosphère, forêts, microfaunes, rivières…

A bientôt !

Mercredi 8 décembre, 17h30-20h30 à La Parole Errante (9 rue François Debergue 93100 Montreuil) – Entrée libre – Pas de visio-conférence – inscription nécessaire ici

Quelques textes qui pourront être lus ou relus avant la séance :


Une réponse à Frédéric Lordon par Paul Guillibert, « C’est vrai qu’il est agaçant Bruno Latour, mais… » (Paul Guillibert participera à la séance)

Textes parus dans terrestres liés à ces questions :

SOUTENIR TERRESTRES

Nous vivons actuellement des bouleversements écologiques inouïs. La revue Terrestres a l’ambition de penser ces métamorphoses.

Soutenez Terrestres pour :

  • assurer l’indépendance de la revue et de ses regards critiques
  • contribuer à la création et la diffusion d’articles de fond qui nourrissent les débats contemporains
  • permettre le financement des deux salaires qui co-animent la revue, aux côtés d’un collectif bénévole
  • pérenniser une jeune structure qui rencontre chaque mois un public grandissant

Des dizaines de milliers de personnes lisent chaque mois notre revue singulière et indépendante. Nous nous en réjouissons, mais nous avons besoin de votre soutien pour durer et amplifier notre travail éditorial. Même pour 2 €, vous pouvez soutenir Terrestres — et cela ne prend qu’une minute..

Terrestres est une association reconnue organisme d’intérêt général : les dons que nous recevons ouvrent le droit à une réduction d’impôt sur le revenu égale à 66 % de leur montant. Autrement dit, pour un don de 10€, il ne vous en coûtera que 3,40€.

Merci pour votre soutien !